Sapeurs-pompiers : de la lance au crayon, quel dessein !!!

couv-article

Ils ne sont pas nombreux à manier la lance et le crayon avec dextérité ! En France, le sapeur-pompier est connu et aimé pour les multiples services qu’il rend à la population mais aussi pour les valeurs nombreuses qu’il porte. Chaque soldat du feu, quelque soit le statut, tente le mieux qu’il peut de maintenir au quotidien le difficile équilibre entre ses missions issues de son engagement et sa vie privée.

Or, dans les rangs de cette grande famille, il en est qui ont développé un talent particulier que l’on réserve plus fréquemment au monde de l’humour plutôt qu’à celui de l’opérationnel : le dessin de bande dessinée !

Le fait d’être au cœur de l’action, de connaître toutes les arcanes de l’univers dans lequel ils évoluent, leur a permis de se faire une place de choix et d’en bénéficier une certaine notoriété. L’œil acéré, le poignet souple, l’humour ravageur et les nouveaux modes de communication, leurs permettent aujourd’hui de mettre en valeur leur art auprès de leurs collègues et même plus largement encore !

Si vous ne les connaissez pas encore, ou pas suffisamment, Rescue18 vous les présente : des pomplards qui dessinent des pompiers.

Le plus ancien, le plus connu, le premier : René DOSNE

Parcours

René DOSNE nait le 30 août 1946 à Paris dans une maternité face à la 1ère compagnie de sapeurs-pompiers de Paris ; signe du destin ! D’abord dessinateur pour le magazine Allo18 en 1964, il effectue ses 16 mois de service national au Régiment (NDLR : le nom de la Brigade avant 1967) en 1965. Il est affecté à la 5ème compagnie, puis au service communication alors naissant. De 1967 à 2002 il est employé comme dessinateur par l’ADOSSPP (Association pour le Développement des Œuvres Sociales des sapeurs-pompiers de Paris). De 2003 à 2011, il sert comme réserviste opérationnel au grade de lieutenant-colonel, puis de 2011 à ce jour, en qualité de réserviste citoyen. Durant toutes ces périodes il poursuit ses illustrations dans le magazine Allo18 et, en parallèle jusqu’à ce jour, il est illustrateur-graphiste en activité libérale.

Angle de vue et innovation

Il s’est rapidement aperçu (dès les années 60) que les pompiers ne voyaient les bâtiments dans lesquels ils intervenaient « qu’à plat ». Leur dessiner en 3D, alors que les logiciels et l’informatique étaient encore loin, a constitué une grande avancée. Cette technique totalement nouvelle a permis lors des Retex de mieux comprendre le mécanisme de développement des feux, puis progressivement sur le terrain, en direct, comme outil d’aide à la décision du COS. C’est donc lui qui a créé la spécialité de dessinateur opérationnel 

Seul dans cette spécialité durant près d’un demi-siècle, le concept s’est affiné puis étendu jusqu’aux forces d’intervention comme le RAID, le GIGN et la BRI.

portrait rd

Formation

Sa formation artistique est d’abord familiale, une sorte de « don » qu’il va ancrer sur un socle professionnel en intégrant durant trois ans une école d’arts graphiques à Paris. Ses principaux modèles en matière de BD sont d’abord « Tintin » pour la rigueur du trait « ligne claire » et le souci de documentation d’Hergé lorsqu’il réalise un album. C’est là que le lien entre reportage, préalable à l’illustration, et dessin vont le séduire. Grâce à cette démarche, il pourra l’appliquer à la Brigade en vivant les évènements pour mieux les dessiner. Ses modèles suivants seront « Spirou » du dessinateur Franquin pour la précision du dessin et une déformation volontaire le rendant humoristique. Viennent enfin les illustrations de la revue « Sciences et Vie » pour l’aspect plus technique du dessin.

René DOSNE est un dessinateur « généraliste », entrainé à répondre à toutes les demandes de dessins. En cela, la Brigade a été un terrain d’expérience fructueux puisque TOUS les types de dessins, des plus drôles aux plus techniques, lui ont été demandé. Il s’est toujours entrainé (encore aujourd’hui) comme un sportif pour conserver la souplesse du trait, du poignet et le mental pour encore et toujours trouver, au bout de près de 60 ans, de nouvelles histoires drôles !

Oeuvres

Outre Allo18, dans lequel il a pour chaque numéro une BD et un dessin d’intervention (avec parfois un écorché technique de véhicule), il réalise depuis 40 ans un Retex de feu significatif issu d’un reportage sur place pour la revue « Face au risque ». Près de 400 ont été déjà réalisés ! S’ajoute à cet impressionnant travail une participation permanente pour le magazine « Sapeurs-Pompiers de France » jusqu’à ce qu’il se termine.

Par ailleurs, il collabore aux divers fascicules pompiers des éditions Hachette en fournissant articles et dessins. Mais ça ne s’arrête pas là ! Il a réalisé des dessins animés de l’émission « Récré A2 », publié les BD « Flammèche et Cornofeu », « Au cœur des incendies », « Quand pleurent les cigales » et un nombre conséquent de dépliants destinés à l’information du public à la sécurité. Sans oublier l’ouvrage « croqueurs de feux » et de magnifiques illustrations dans plusieurs beaux livres sur les sapeurs-pompiers de Paris ou pour des fabricants de matériel d’incendie (SIDES, CAMIVA…).

Perception dans le monde SP

Le travail de René DOSNE a toujours rencontré le meilleur écho. A la BSPP d’abord, et chez les sapeurs-pompiers du reste du territoire ensuite. Tous les généraux commandant la Brigade ont facilité son action, appuyés par d’excellents retours des lecteurs des revues auxquelles il participait. La contrepartie de ce succès a toujours été une disponibilité sans faille et une rapidité d’action. On n’a rien sans rien ! Le magazine Allo18 ayant été une énorme vitrine de son savoir- faire auprès de la corporation.

Les projets et rencontres

Cette activité de « dessinateur- pompier » l’aura conduit dans des lieux et situations les plus improbables sur de grands sinistres à travers l’Europe. La dernière en date aura été la participation à la réception donnée à l’Elysée en l’honneur des sapeurs-pompiers engagés sur l’incendie de Notre Dame avec la présentation de son activité au Président de la République, puis la collaboration avec le célèbre réalisateur Jean-Jacques ANNAUD comme conseiller technique sur le film « Notre-Dame brûle ».

Son projet actuel est la réalisation d’un ouvrage sur les incendies sur la base de ses illustrations et souvenirs. Une exposition de ses travaux au nouveau « foyer du sapeur », lieu associatif des sapeurs-pompiers de Paris s’est tenue en mai 2023.

Bien entendu René DOSNE continuera aussi à marquer de sa pâte et de son immense talent les revues célèbres auxquelles il donne corps et esprit !

affiche dosne 212x300 1

Benjamin BELLEUVRE dit « BEN TMF »

Parcours

Benjamin BELLEUVRE est un sapeur-pompier professionnel de 41 ans vivant en Charente Maritime. Comme beaucoup, sa passion pour les pompiers démarre très tôt, dès l’âge de 6 ans. Par la suite il entre chez les JSP (jeunes sapeurs- pompiers) dans le SDIS 77 puis devient SPV au SDIS 17 à 17 ans. A 23 ans, il s’engage à la BSPP et sert à la 2ème compagnie. Il devient ensuite SPP au centre de secours de La Rochelle en réussissant le concours de lieutenant à 30 ans. Actuellement, il est formateur incendie et caisson et spécialiste GELD-IBNB (groupe d’exploration longue durée- interventions à bord des navires et bateaux).

couv ben 1024x576 1

Formation

Ben TMF ne suit pas de formation artistique particulière. Depuis son plus jeune âge, il occupe une grande partie de son temps un crayon à la main ; ses premiers engins il les dessine après avoir visité des casernes. Il prend des photos et crayonne des interventions imaginaires ou inspirées par les revues telles qu’Allo18. Bien plus tard, devenu pompier de Paris, il immortalise certaines interventions originales auxquelles il a participé. A l’époque, les téléphones portables et appareils photos étaient interdits lors des interventions. Alors armé de ses outils de dessinateur, il a mis sur papier ce qu’il avait vécu avec ses camarades ; des photocopies étaient distribuées et bon nombre de ses dessins décorent encore pas mal de casernes ! Sa source d’inspiration principale est la vie de caserne car elle parle à tout le monde et reste inépuisable.

Oeuvres et projets

En 2012 il rencontre Carlo Zaglia (Rédacteur en chef « Soldats du feu Magazine ») qui va l’éditer et lui donner un rayonnement national tout en asseyant sa notoriété. Il est LE dessin satirique du magazine. S’ensuit la réalisation d’une BD « ça part dans les combles » aux éditions Carlo Zaglia qui connait un grand succès dans le monde des casernes. Un second opus est en préparation et devrait sortir prochainement.

Arnold ARAGOU dit « AART-nold »

Parcours

Arnold ARAGOU est un sapeur-pompier professionnel de 39 ans qui a commencé tout en bas de l’échelle des grades jusqu’à atteindre, à ce jour, celui de lieutenant. Il est affecté dans le SDIS de l’Aude.

Formation

Lui non plus ne suis aucune formation particulière et s’en remet à l’autodidactie par le biais d’une intense lecture de BD, qu’il collectionne évidemment ! Ses influences graphiques vont de Franquin à Maëster en passant par Olis et les mangas des années 80-90. C’est un travailleur « à l’ancienne » puisqu’il n’utilise pas l’informatique pour lui préférer le bon vieux papier et les feutres à alcool. Ses dessins n’ont pour seuls buts que d’assouvir sa passion du dessin et faire rire en s’appuyant sur ce qu’il vit au quotidien. Sa plus grande difficulté aujourd’hui c’est de trouver du temps !

aart nold 300x300 1

Oeuvres et projets

Arnold ARAGOU est l’auteur de deux bandes dessinées « Jour de garde » (tomes 1 et 2) éditées par les éditions Carlo Zaglia. Il effectue régulièrement des dessins évènementiels pour le SDIS 11 ainsi que sur demande de la revue « Soldats du feu magazine ». Il est également très présent sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Tweeter). Il a pour projet un troisième, voire un quatrième, tome si son éditeur est partant et, peut- être, une affiche à « plusieurs mains » avec ses homologues.

Résumer un artiste est impossible mais quand on lit sa maxime préférée « Si on ne rit plus, on est foutu » ! On se fait déjà une belle idée de ce singulier personnage !

pub aart nold 1024x389 1

David ARNETTE dit « Drakkar »

Parcours

David ARNETTE suit un parcours atypique, fortement marqué par l’uniforme. D’abord sous-officier parachutiste, ce n’est que bien plus tard qu’il deviendra sapeur-pompier volontaire au CSP Cahors dans le Lot. Il atteindra le grade d’adjudant et intègrera le GRIMP avec lequel il interviendra des cimes aux sous-sols ! En parallèle, il est recruté par le SDIS 46 comme personnel administratif en tant que secrétaire du CSP et renfort potentiel de l’équipe de garde.

Durant 15 ans il vit au cœur et au rythme de la caserne ponctués par les aléas des interventions et les nécessaires obligations de fonctionnement. C’est dans cette période que David croque l’univers qui l’entoure (professionnel et volontaire) en s’appuyant sur un angle peu utilisé : le second degré. Plutôt que de s’attacher à la vision quasi-unique du pompier parfait, il va jeter un regard acide et satirique sur les travers d’un monde que, par ailleurs, il sert avec grand investissement.

Aujourd’hui, pompier, d’aéroport (SSLIA) il continue, de manière hebdomadaire et ponctuelle, à dépeindre avec humour le service public préféré des français.

drakkar

Formation

Comme pour beaucoup, c’est d’abord du cadre familial que lui vient ce besoin de gribouiller ! Très petit il recopie les images de son dessin animé préféré (Goldorak) pour les offrir à ses camarades de classe qui lui en commandent d’autres. Au lycée, il suit une filière artistique où il apprend les rudiments de la peinture, des diverses techniques de dessin ainsi que l’histoire de l’art. Il ne poursuit pas, préférant rejoindre les drapeaux pour de nombreuses années. Cependant, durant cette période militaire, il n’abandonne pas ses crayons et réalise de nombreuses caricatures, des insignes, des tee-shirts et des fresques qui décoreront les foyers des compagnies.

Sa référence de base reste l’école belge avec TINTIN, SPIROU, ACHILLE TALON et tant d’autres. Pour autant, il apprécie les générations montantes qui percent comme FLUIDE GLACIAL, IDEES NOIRES ou PSIKOPAT. C’est ce type d’humour qui va devenir sa marque de fabrique, le transférant à l’univers des soldats du feu qui n’est guère habitué à l’auto-dérision. Drakkar mixe deux techniques pour ses réalisations : la traditionnelle au départ (avec papier, crayon et encrage) puis l’informatique à l’aide d’une palette graphique et des logiciels de dessin.

Oeuvres

Drakkar sort sa toute première BD en 2011 sous le titre « Des fois chez les sapeurs-pompiers… » que suivront « La très (trop) grande famille des sapeurs-pompiers » aux éditions Bookélis et « Morale dans les chaussettes » (Acide comique).  En 2014, il s’associe à Alain BAILLOUX pour illustrer le livre « Le jargon du pompier », l’ouvrage référence en France sur le sens et l’histoire des termes pompiers. Dans le même temps, il réalise des planches et illustrations pour les magazines « pleins feux », « Motobécane obsession » et « Soldats du feu Magazine ». Ponctuellement ses dessins sont utilisés sur des « goodies » ou cadeaux comme des mugs, des calendriers ou des tee-shirts.

En 2020, il rejoint le tout jeune Webmédia « Rescue18 » dans lequel il présente un dessin hebdomadaire que l’on peut aussi voir sur les réseaux sociaux.

Perception dans le monde SP

Indéniablement, Drakkar ne fait pas l’unanimité ; on peut même dire qu’il est plutôt clivant. C’est bien simple : ou on l’adore, ou on le déteste !

Cet humour décalé, basé sur un fort second degré d’auto-dérision, n’est pas du goût de tout le monde. Le monde sapeur-pompier est, à juste titre, extrêmement valorisé par tous les biais de la société. Cependant, comme tout autre, il n’est pas parfait. Mettre en lumière ce qu’habituellement on règle en famille, fut-ce avec humour, dérange les égos et maltraite les pensées rigides. Il en connaîtra quelques déboires allant des petites brimades informelles aux punitions administratives. Pourtant, Drakkar aime les pompiers… et tous les pompiers !

Ses dessins n’ont pour but que de rire, et éventuellement interpeller chacun sur des problèmes de fonds avec l’espoir ténu de voir s’améliorer les choses. Chaque euro généré par ses œuvres est reversé à l’œuvre des pupilles et à d’autres organismes humanitaires. Mais fort heureusement il n’a pas que des détracteurs car la plupart des pompiers ont l’humour pour tradition. Et c’est fort de plusieurs milliers d’abonnés sur sa page Facebook qu’il reçoit soutien et idées de dessins de ses camarades de casernes.

Les projets et rencontres

Très accaparé par ses engagements actuels (notamment « soldats du feu magazine » et « Rescue18 »), il ne ferme pas la porte à une prochaine BD. Un projet est d’ailleurs en cours de réalisation et devrait s’intituler « Le fabuleux destin d’Amélien Poulet ».

Ses œuvres lui auront permis de participer deux fois au salon du livre à Paris ainsi que celui de Cajarc. Mais aussi de rencontrer bon nombre de personnalités plus ou moins célèbres et surtout des hommes et des femmes d’une grande humanité teintée d’un humour indéfectible qui l’incitent sans cesse à reprendre ses crayons pour rappeler que l’humour est le reflet de l’intelligence tandis que la médiocrité se complet dans l’autosatisfaction. 

NDLR : Article rédigé en collaboration et avec l’accord des dessinateurs.

Partenaires

Partenaires

Retour en haut
Aller au contenu principal